dimanche 5 avril 2015

Épisode 3 terminé !

Un an et demi : 13149 heures de travail non-stop dans un local vétuste, non chauffé, envahi par de petits singes intelligents qui n'ont comme seul objectif de chaparder ses outils de dessin, le tout dans la semi-pénombre qu'offre un toit détruit et donnant sur la pleine lune, sans doute seule véritable amie du héros du jour: exaheva. "Champion", "Génie", "Demi-Dieu" ? De tels mots correspondent-ils à la personnalité fascinante de cet artiste hors-du-temps ? La vrai question n'est-elle pas plutôt la même à l'envers : Ces mots sont-ils dignes d'une si belle âme ? Non, non, et non encore. Quand je pense à exaheva je ne pense pas "gloire" ou "beauté" en premier, bien qu'il en soit le parangon inébranlable, non, la première chose à laquelle je pense c'est "don de soi", puis"modestie". Ensuite viennent "magie sacrée", "maitrise totale", "grandeur de l'esprit", "ultime être vivant" et "suisse" car il est suisse.

Exaheva, ce démiurge puissant qui a marche parmi les hommes donc, a aujourd'hui terminé l'épisode 3 des Cavaliers du Ciel, nommé "La Fin du Monde". Quel meilleur cadeau pouvait-il faire à l'humanité, depuis le piédestal invisible d'où il trône ? Ce jour est à marquer au fer rouge des grandes avancées de la civilisation, un pas en avant si immense qu'il ridiculise les Neils Armstrong, Alberts Einstein, Attilas les Huns, et autres Daniels Kox. Aujourd'hui nous sommes en avril, et pourtant c'est Noël pour tout le monde : nos cœurs sont des feux de joie, nos têtes des terrains en friches dans lesquels sont semés les graines d'un nouveau monde, dont le premier citoyen est exaheva, et sa première loi universelle cette bande-dessinée d'un avant-gardisme prodigieux, et pourtant miraculeusement moderne.

Sans doute vous dites-vous "quelle retenue, quel tact dans l'émotion". Et vous n'avez pas tort, car avant d'être la personne la plus fantastique de tout l'univers, exaheva est un homme modeste. Comme nous, il petit-déjeune, il prend le train, il joue à Street Fighter III. Et comme chacun sans-doute serait-il gêné si je le couvrais de superlatifs élogieux, je lui évite donc cette peine et me fait seulement témoin d'une vérité pure et sans détours : son talent est flamboyant, surnaturel et imbattable. Si vous désirez vous aussi vous baigner dans la fontaine de son brio, il n'est que temps de lire et de relire l'épisode 3 des cavaliers du ciel, dès maintenant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire